photo couverture 05

La lithothérapie chinoise

L’expression « phytothérapie chinoise (zhōng yào 中药) » est un terme trompeur. « Phyton » en grec signifie végétal, mais les formules chinoises comprennent des plantes, des produits animaux tels que les cornes de cerf (lù róng 鹿茸), des coquilles, (mǔ lì 牡蛎), des mues de cigale (chán tuì 蝉蜕)… mais également des pierres.

C’est grâce au travail de Jeffrey Yuen, prêtre taoïste et professeur d’acupuncture aux États-Unis, que cette discipline est aujourd’hui sortie de l’ombre où elle était reléguée par la politique de scientisation de la médecine chinoise (zhōng yī 中醫) du gouvernement chinois.

Nous pouvons retrouver dans les pierres des propriétés des herbes et points d’acupuncture telles que « expulser le vent (qū fēng 祛风) », « tonifier le sang (bǔ xuè 补血) », « régulariser le qì (lǐ qì 理气) », « séparer le clair du trouble (bié qīng zhuó 別清浊) », « réguler le qì du foie (lǐ gān qì 理肝气) » et autres.

De plus, les pierres représentent la cristallisation du jīng (精) de la Terre (dì 地), et offrent par résonance (gǎnyìng 感應) un accès aux couches profondes de la vitalité humaine (yuán qì 元气), l’hérédité, difficilement atteints par les autres disciplines.

LA MÉTHODE DE DANIEL LUZ

QUI EST-IL ?

Pratiquant de qì gōng (气功) et tài jí quán (太极拳) depuis 1982, il commence à étudier le shiatsu et la théorie médicale chinoise en 1989. S’intéressant à plusieurs styles tels que le teishin, l’anma, la moxibustion et l’acupuncture, il se forme auprès des plus grands noms de l’acupuncture japonaise.

Il se consacre depuis 2017 à promouvoir les techniques japonaises en France et, parallèlement, il développe le vaste champ de l’application des vertus thérapeutiques des minéraux dans la pensée médicale chinoise.

SA VISION DE LA LITHOTHÉRAPIE CHINOISE

Tous les propos qui suivent sont des citations de Daniel LUZ

AVANT-PROPOS

Jeffrey Yuen, moine taoïste de l’école de la pureté de jade (une secte de l’école de la suprême clarté) et célèbre professeur aux États-Unis. Il est le « pontifex» qui a interprété les données de la minéralogie et de la chimie du point de vue de la tradition, ce qui nous permet de penser et travailler avec une lithothérapie fidèle à la rationalité médicale chinoise, dépassant le répertoire des classiques anciens tout en gardant leur sagesse.

Je travaille avec cette lithothérapie dans tous mes traitements et sur tous mes patients depuis début 2018. Ceci dit, je suis mon habitus (petit jeux de mot, comme vous verrez) et cherche à verser les théories dans une clinique inspirée des styles japonais d’acupuncture. Comme toujours dans les styles d’acupuncture japonais, les applications portent un effet immédiat. Au lieu d’une « théorie préconçue », ce sont ces changements authentiques, constatés sur le corps même du patient, qui orientent avec sûreté le déploiement du traitement.

Ce premier chapitre est une introduction à ce pays aux contrées cachées, aux habitants vieux de milliers d’années et pourtant aimables, heureux de travailler avec nous et de nous faire bénéficier de leurs dons. En le traversant, vous verrez que la notion d’immobilité qui accompagne le terme « pierre » est loin de refléter la vivace existence des pierres.

1Étymologiquement : celui qui fait des ponts.

GANYING COMME BASE DE LA RATIONALITÉ MÉDICALE CHINOISE :

Résonance“, ma traduction préférée pour le terme gǎnyìng 感應.

Gǎnyìng est un mot chinois de deux syllabes que l’on peut traduire par “réponse, réaction, interaction, irritabilité (biologie), induction et inductance (électricité)”.

D’abord, nous avons “gan” 感, qui signifie sentir, percevoir, mouvoir, toucher, affecter, émouvoir.

Le mot yìng 應 signifie “répondre, réagir, donner son assentiment, être d’accord, traiter (avec) s’occuper de” ; il signifie aussi “[ce qui est] approprié, être adéquat”

Nous voyons donc que gǎnyìng a des nuances sémantiques qui nous suggèrent totalité, contacter, toucher en blessant, harmoniser, obéir, devoir, suivre ce qui est propre [à une situation].

Du point de vue de la rationalité médicale chinoise, cette catégorie indique une vision de monde pour laquelle la totalité de la réalité est interconnectée et dont les parties produisent des effets les unes sur les autres selon des rapports de conflit et d’harmonie obéissant à un principe.

Les six dimensions d’une rationalité médicale sont :

I — Une morphologie, ou une description du corps humain

II — Une dynamique vitale, l’ensemble d’idées sur la vie humaine dans sa normalité

III — Une doctrine médicale, qui assemble les catégories déviantes de cette normalité de la vie, que chaque rationalité médicale envisage d’une façon particulière : maladie, pathologie, syndrome, déséquilibre, etc

IV — Une diagnose, l’ensemble de stratégies mis en œuvre pour cerner et définir le processus de déviance de la normalité de la vie

V — Une thérapeutique, l’ensemble de mesures pour conduire le sujet souffrant vers la normalité de la vie

VI — Une cosmologie – tout cela est ancré dans une cosmologie ou cosmovision où s’assemblent les représentations sociales qui tiennent à la personne humaine et au monde (cosmos, univers, création) dans chaque culture et fournissent les éléments fondamentaux pour la construction de la pensée médicale d’une société à un moment historique déterminé.